Cameroun, comment on vole l’Etat dans les travaux publics

2
240

Les travaux publics au Cameroun

Au Cameroun, certains aiment bien prendre leur temps, car ils tirent un  profit considérable.  En fait, ces personnes ne sont pas pressées et l’importance pour elles, est surtout leurs gains. Ce sentiment est surtout perceptible sur les initiatives publiques d’où l’enjeu est majeur.  Sinon, comment comprendre qu’un immeuble public construit sur 6 niveaux est coûté 15 milliards de FCFA ? Mais le pire est que cela a mis plus de 9 ans après le démarrage en 2010 des travaux.

À lire aussi : Cameroun: le ministère des Travaux publics reconnait que les projets routiers coûtent 2 à 6 fois plus chers que dans d’autres pays africains de niveau comparable

 Un bâtiment R+6 de 15 milliards inauguré  

C’est en grande pompe que les autorités camerounaises ont annoncé l’inauguration de «l’Hôtel Bengo», appelé couramment «Hotel du Comice». Cet immeuble qui se trouve à l’entrée de la ville d’Ebolawa, est bâti sur une surface de 2400 m2. En plus elle compte une centaine de chambres, des salles de conférence, des aires de jeux, etc.  C’est le Premier ministre en personne, Joseph Dion Ngute, qui a inauguré le 30 janvier 2020, cette bâtisse qui fera certainement la fierté de la ville. Toutefois, il est primordial de mentionner que ce Hôtel, les travaux ont été lancés en 2010 par le président Paul Biya. Son inauguration était prévue avant l’ouverture du Comice agropastoral qui s’est tenu dans la ville d’Ebolowa en 2011.  Malheureusement, les travaux se sont achevés seulement 9 ans plus tard. Une lenteur inexplicable et qui démontre encore une fois, comment  les travaux publics sont effectués au Cameroun.

Cependant, la grande demande que tout le monde se fait ici, est sur le coût faramineux des travaux. Comment un immeuble de ce genre peut bien coûter la bagatelle somme de 15 milliards de FCFA ? En plus comment expliquer qu’il a fallu bien 9 ans pour finir les travaux ? Une structure qui devrait servir au départ à l’hébergement des participants du Comice Agropastoral d’Ebolowa.  La réponse à toutes ces questions est simple: Détournement de fonds publics.

Cameroun, comment on vole l’Etat dans les travaux publics
l’Hôtel Bengo ou Hotel du Comice d'Ebolowa

Comment on vole l'Etat dans les travaux publics

C’est vraiment lamentable de voir comment certains camerounais s’enrichissent sur le dos de l’Etat. Chacun y trouve son compte. La technique utilisée dans les appels d’offres publics est la même. Quand il y a des travaux publics à réaliser, l’Etat lance son appel d’offres. C’est ainsi que les postulants font leurs propositions qui seront soumises à l’étude par les experts de l’Etat. Puis successivement sera attribué les travaux à l’entreprise qui aurait présenté un projet alléchant et surtout réalisable. C’est alors ici que tout se joue. Parce que les corrupteurs qui postulent à gagner le marché (l’offre) corrompent les fonctionnaires de l’Etat. Et voilà que, dans la plupart des cas, les travaux seront attribués à celui qui a su « corrompre » les techniciens publics. Le plus souvent, le coût de son projet est presque toujours inférieur au coût réel des travaux.

En présentant un projet à un bas coût, il veut évincer les concurrents, même s’il est conscient que le montant qui y figure ne pourra pas accomplir la réalisation totale des travaux. Les fonctionnaires de l’Etat le savent aussi, mais comme ils ont été corrompus, ils lui attribuent le marché. C’est alors que l’entrepreneur privé commence les travaux et à un moment s’arrête, car l’argent ne suffit plus pour continuer. Voilà en fait, ce qui se passe dans tous les chantiers au Cameroun. Puis on entre dans la deuxième phase qui est celle de l’arrêt total des travaux. Ensuite, il faut attendre que d’autres financements publics soient débloqués pour pouvoir continuer les travaux. C’est pourquoi, l’attente peut durer des années et les travaux vont accuser un grand retard. Et quand les travaux vont reprendre jusqu’à la fin, le montant global sera doublé voir triplé par rapport au coût initial.

Cameroun, comment on vole l’Etat dans les travaux publics
Les grands travaux sur la route Yaoundé-Douala

Certains chantiers qui ont permis de spolier l’Etat

Pour l’Hôtel du Comice d’Ebolawa, le montant initial était  de 9 milliards de FCFA. Mais voilà que le montant final est de 15 milliards. Même chose pour l’autoroute Yaoundé-Douala. On nous parlait de 242 milliards pour bitumer tout le tronçon. Malheureusement on a déjà dépensé 280 milliards de FCFA  pour bitumer seulement 60 kilomètres de route en 5 ans des travaux. Par conséquent, le montant final est revu à la hausse et est estimé à plus 700 milliards de FCFA. Presque le triple de ce qui était prévu. Par ailleurs, il y a les chantiers de la CAN 2021. Sur ce, le stade Paul Biya à Yaoundé, son montant initial était de 163 milliards de FCFA, aujourd’hui on parle plutôt de 260 milliards. Voilà le Cameroun des grandes réalisations, des projets budgétivores. Tout le monde s’enrichit sur l’Etat. Pas de coupable et le peuple croupit dans la misère.

Giuseppe Bertolucci  – UCCADIA

La rédaction de UCCADIA vous suggère la lecture de ces articles :

1 - La corruption au Cameroun

2 - Cameroun : Madame le Sous-Préfet gifle un enseignant

3 - Lutte contre les faux médicaments en Afrique

4 - Le tribalisme institutionnalisé au Cameroun

5 - Ouattara et Soro à la CPI ?

 

 

 

2 COMMENTAIRES

  1. I just want to tell you that I am just very new to blogging and seriously savored your web blog. Very likely I’m planning to bookmark your blog . You really have outstanding well written articles. Cheers for sharing your web page.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrer votre commentaire!
Entrer votre nom ici