Voici les conclusions du sommet de Berlin sur la Libye

0
105

Conférence  internationale pour la paix en Libye

La diplomatie internationale est en train de se mobiliser pour trouver une solution à la crise libyenne. Sur ce, une relative paix a été obtenue avec les négociations de Moscou. Par la suite, une nouvelle réunion s’est tenue le 19 janvier à Berlin. À cet effet, 16 pays et organisations internationales ont fait le déplacement dans la capitale allemande. Ainsi, il y avait tous les poids lourds de la diplomatie internationale. Parmi ces illustres personnages présents, Antonio Guterres, Secrétaire général des Nations unies, Ghassan Salamé, Représentant spécial des Nations unies en Libye, Moussa Faki Mahamat, Président de la Commission de l’Union africaine. Au-delà de cet aspect protocolaire, quelles sont les conclusions du sommet de Berlin sur la Libye ?

À lire aussi : Cinq questions pour comprendre la crise en Libye

Conférence internationale sur la Libye
La Conférence de Berlin était en gros titre dans tous les journux

Les points importants de la déclaration finale

Les belligérants doivent mettre fin à toutes les actions militaires et le respect du cessez-le-feu. Aussi, les parties au conflit doivent respecter la résolution de l’ONU  sur l’embargo des armes en Libye. Par ailleurs la formation d’une «commission militaire » composée de dix officiers. Et Donc cinq de chaque côté, avec pour mission de contrôler le cessez-le-feu.  En plus, L’ONU doit assurer le suivi de toutes les résolutions adoptées. Ensuite,  une commission doit être créée pour suivre les processus politique, économique, militaire et humanitaire. À ce propos, il n y a pas de solution militaire à la crise libyenne, car seule une solution politique pourra résoudre la crise.  En outre, seuls les libyens peuvent résoudre cette crise et cela sans ingérence extérieure. D’autre part, respecter le droit international humanitaire et les droits de l’homme.

 Un agenda politique et économique.

La nécessité que les antagonistes libyens mettent fin à la période de transition en organisant des élections libres, inclusives et justes. Auparavant, il est indispensable la mise en place d’un gouvernement unifié, inclusif et efficace. Tel gouvernement doit avoir l’approbation de la Chambre des représentants. Enfin, les revenus pétroliers doivent être repartis équitablement entre les deux camps en conflit. En plus, pas de mesures d’hostilités contre les installations pétrolières. Voilà en substance, les conclusions adoptées durant le sommet de Berlin sur la Libye.

À lire aussi : A Berlin, un appel fragile de la communauté internationale pour relancer la paix en Libye

Sommet de Berlin
Deux protagonistes majeurs du conflit libyen. Poutine et Erdogan

Le point négatif de la conférence sur la Libye

La grande rencontre de Berlin a réuni les deux principaux protagonistes du conflit libyen. Ainsi, il y avait Hafez el-Sarraj, le chef du gouvernement d’union national libyen (GNA). Son gouvernement est celui qui est reconnu par l’ONU et la communauté internationale. L’autre protagoniste du conflit est Khalifa Haftar, l’homme fort de l’Est libyen. Et malgré toute la médiation de Angela Merkel, les deux hommes ne se sont pas rencontrés durant le sommet. Ils ont tout fait, pour s’éviter. D’ailleurs, Serguei Lavrov, le chef de la diplomatie russe a déclaré : « Il est clair qu'on n'a pas réussi pour l'instant à lancer un dialogue sérieux et stable entre eux". En tout cas, cette situation embarrassante n’est pas un bon augure pour une rencontre de paix.

Cinzia Barberini – UCCADIA

La rédaction de UCCADIA vous suggère ces articles :

1 - Berlin: Conférence sur la Libye

2 - Internationalisation du conflit libyen

3 - Lutte contre les faux médicaments en Afrique

4 - Les faux médicaments en Afrique

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrer votre commentaire!
Entrer votre nom ici